euromed logo
en fr ar
 
Zone réservée

MedLiHer

Sauvegarder le patrimoine Méditerranéen vivant

De 05.01.09 à 01.04.13
Budget€ 1.338.279
URLhttp://www.unesco.org/culture/ich/index.php?pg=00233
Coordonnateur
Pays impliqués Egypte, France, Jordanie, Liban, Syrie
(*) Les activités du projet MedLiher dans la République Arabe de la Sirie ont été suspendues à partir du 11 Octobre 2011. Cette décision a été prise par l'Uinon Européenne - la source financière du projet - en raison de l'agitation croissante civile dans le pays.
Toutefois, les partenaires sirien du projet continuent à recevoir toutes les informations (matériel de formation, séminaires, document, audio-visuels, etc.) échangées entre les divers pays impliqués dans le projet.
L'UNESCO demeure résolue à soutenir la mise en œuvre de la Convention du patrimoine immatériel en République arabe syrienne.
Fiche projet

En 2003 l’UNESCO a adopté le texte de la Convention pour la Sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel, un instrument multilatéral contraignant pour la sauvegarde du patrimoine immatériel. Parmi les pays partenaires méditerranéens, sept sont parties à la Convention : Algérie, Egypte, Jordanie, Liban, Maroc, Syrie et Tunisie. Cependant, il n’existe à ce jour pas d’informations coordonnées des structures, des programmes et des expériences en matière de gestion du patrimoine culturel immatériel en Egypte, en Jordanie, au Liban et en Syrie. Pour cela, le projet Medliher vise le renforcement des capacités institutionnelles de ces quatre pays partenaires, pour faciliter leur participation effective dans les mécanismes internationaux établis par la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.

La stratégie envisagée prévoit trois phases dont la première sera consacrée à dresser un état des lieux des structures et programmes existants en matière de sauvegarde du patrimoine immatériel dans ces Etats, la deuxième au développement de projets nationaux selon les besoins des pays partenaires, et la dernière à la mise en oeuvre de ces projets et à la préparation de candidatures aux Listes de la Convention UNESCO.

Le projet, qui s’adresse aux communautés et institutions gouvernementales des pays partenaires, s’achèvera par la sauvegarde du patrimoine immatériel régional selon les critères de la Convention, ainsi que le renforcement des capacités des institutions gouvernementales. Il est dirigé par l’Unesco, en partenariat avec l’association «Maison des cultures du Monde » et les Ministères compétents en Egypte, Jordanie, Liban et Syrie.

  • Sauvegarde du patrimoine culturel immatériel des pays partenaires (Egypte, Jordanie, Liban et Syrie) en accord avec le mécanisme de la Convention Unesco et la participation des pays concernés
  • Renforcement des capacités des pays partenaires pour la mise en oeuvre de la Convention
  • Renforcement de la coopération régionale
  • Sensibilisation à l’importance de sauvegarder le patrimoine culturel immatériel dans les pays partenaires
  • Musique et spectacle vivant
  • Normes, Lois et inventaires
  • Patrimoine immatériel
  • Recherche/Education & Training
  • Evaluation des capacités nationales des pays partenaires
  • Renforcement des capacités institutionnelles des pays partenaires
  • Au moins quatre projets nationaux incluant de plans de sauvegarde avec la participation des communautés et groupes concernés
  • Renforcement de la visibilité du patrimoine culturel immatériel de la région et l’inscription des quelques éléments du patrimoine intangible des pays partenaires sur les liste de la Convention Unesco
  • Reconnaissance de l’importance de la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de la région
  • Site web multilingue, incluant une base de donnés alimentée par les différents partenaires et accessible au public

Interview de Fleur Perrier de la Bathie, projet Medliher

En 2003 l’UNESCO a adopté le texte de la Convention pour la Sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel, un instrument multilatéral contraignant pour la sauvegarde du patrimoine immatériel. Le projet Medliher vise le renforcement des capacités institutionnelles de quatre pays méditerranéens –l’Egypte, la Jordanie, le Liban et la Syrie – partenaires de l’Union européenne, pour faciliter leur participation effective dans les mécanismes internationaux établis par la Convention.

Clause de non-responsabilité | Droits d’auteur