7h17 Déco & Brico

Vendre une maison avec un toit en amiante : est-ce possible ?

Tuile avec amiante

La présence d’amiante dans les toitures des maisons anciennes constitue un véritable casse-tête pour les propriétaires souhaitant vendre leur bien. 

Interdit en France depuis 1997, ce matériau aux propriétés isolantes et ignifuges a longtemps été utilisé dans la construction, laissant aujourd’hui un héritage problématique. 

Pourtant, il est possible de vendre une maison avec un toit en amiante, à condition de respecter certaines règles et de prendre des mesures adaptées.

Diagnostic et obligations légales

Avant de mettre en vente une maison dont la toiture contient de l’amiante, il est indispensable de réaliser un diagnostic amiante

Ce dernier, obligatoire depuis 2002 pour les biens construits avant 1997, permet d’identifier la présence d’amiante et d’évaluer son état de conservation.

L’état d’amiante, valable trois ans, doit être annexé à la promesse de vente ou, à défaut, à l’acte authentique. En cas d’absence de ce document, le vendeur s’expose à des sanctions pénales et civiles, pouvant aller jusqu’à la nullité de la vente ou la diminution du prix de cession.

Les risques liés à l’amiante

L’amiante, lorsqu’elle est en bon état, ne présente pas de danger pour la santé. 

En revanche, lorsqu’elle est dégradée ou manipulée, elle peut libérer des fibres invisibles à l’œil nu, responsables de graves pathologies, telles que l’asbestose, le mésothéliome ou le cancer du poumon

Selon l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS), on estime à 100 000 le nombre de décès liés à l’amiante d’ici à 2050 en France.

Dans cette perspective, il est nécessaire de faire vérifier l’état de la toiture en amiante avant de procéder à la mise en vente. Si le diagnostic révèle une dégradation, des mesures de retrait ou de confinement doivent être envisagées.

Amiante

Les options pour le vendeur

Le vendeur dispose de plusieurs options lorsque la toiture de sa maison contient de l’amiante. Il peut choisir de laisser le toit en l’état, à condition que celui-ci soit en bon état et ne présente pas de risque pour la santé. Toutefois, cette solution peut décourager les acheteurs potentiels et entraîner une décote du prix de vente.

Une autre option consiste à procéder au désamiantage de la toiture avant la vente. Cette opération, coûteuse et complexe, doit être réalisée par une entreprise certifiée et agréée. Selon l’Agence de la transition écologique (ADEME), le coût du désamiantage varie entre 40 et 120 euros le mètre carré, en fonction de la technique utilisée et de l’accessibilité du chantier.

Enfin, le vendeur peut opter pour le confinement de l’amiante, une solution intermédiaire qui consiste à recouvrir la toiture d’un matériau étanche, empêchant la libération de fibres. Moins onéreux que le désamiantage, le confinement présente l’avantage de sécuriser rapidement la toiture, tout en préservant l’aspect extérieur de la maison.

L’impact sur le prix de vente

La présence d’amiante dans la toiture d’une maison a un impact direct sur son prix de vente. Hélas, la plupart du temps, le propriétaire doit se résoudre à vendre sa maison moins cher que sa valeur

Selon une étude réalisée par le réseau immobilier Orpi, une maison avec un toit en amiante se vend en moyenne 10 à 20 % moins cher qu’une maison équivalente sans amiante.

Mais, cet impact peut être atténué en fonction de l’état de la toiture et des mesures prises par le vendeur. Ainsi, un toit en bon état, accompagné d’un diagnostic amiante rassurant, aura moins d’incidence sur le prix de vente qu’un toit dégradé nécessitant des travaux de désamiantage ou de confinement.

Les aides financières pour le désamiantage

Afin d’encourager les propriétaires à entreprendre des travaux de désamiantage, plusieurs dispositifs d’aides financières ont été mis en place. 

Parmi eux, on peut citer :

  • Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), qui permet de déduire de ses impôts 30 % des dépenses liées au désamiantage, dans la limite de 8 000 euros pour une personne seule et 16 000 euros pour un couple.
  • L’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ), qui permet de financer les travaux de désamiantage à un taux d’intérêt nul, dans la limite de 30 000 euros.
  • Les aides de l’Agence nationale de l’habitat (ANAH), qui peuvent couvrir jusqu’à 50 % du coût des travaux de désamiantage, sous certaines conditions de ressources.

Ces aides, cumulables sous certaines conditions, permettent de réduire significativement le coût du désamiantage et d’inciter les propriétaires à engager les travaux nécessaires avant la vente de leur maison.


La vente d’une maison avec un toit en amiante n’est pas impossible, mais elle implique de respecter certaines obligations légales et de prendre des mesures adaptées pour garantir la sécurité des occupants. 

Le diagnostic amiante, obligatoire pour les biens construits avant 1997, constitue la première étape incontournable pour évaluer l’état de la toiture et déterminer les actions à entreprendre.

Face aux risques sanitaires liés à l’amiante, le vendeur peut choisir de laisser le toit en l’état, de procéder au désamiantage ou d’opter pour le confinement. Chacune de ces options a un impact sur le prix de vente et la capacité à séduire les acheteurs potentiels.
N’oubliez pas de vous tourner vers les dispositifs d’aides financières mis en place par les pouvoirs publics encouragent les propriétaires à entreprendre les travaux nécessaires avant la vente, contribuant ainsi à la prévention des risques sanitaires et à la valorisation du patrimoine immobilier.

(Visited 4 times, 1 visits today)
Fermer