Écrit par 2:58 Tourisme & Découvertes

Y a t il des marées en mer Méditerranée ?

marées mer méditerranée

Tout le monde (ou presque) a entendu parler des marées qui bercent les bords littoraux des différents continents du globe. C’est un phénomène périodique qui a la capacité de transférer de grandes quantités d’eau vers et en dehors des zones côtières. 

Comparé à d’autres mers et océans, le flux et le reflux de la mer Méditerranée sont à peine visibles ; mais il y a bien des marées en mer Méditerranée. Sa cadence est la même qu’ailleurs mais son observation est tronquée parce qu’il s’agit pratiquement d’une mer fermée. Son mouvement reste permis par l’ouverture du détroit de Gibraltar où les masses d’eau s’échangent avec l’Océan Atlantique.

En effet, le détroit agit comme une sorte de robinet qui coupe l’alimentation en eau et ne permet pas aux marées de Méditerranée d’être aussi prononcées que dans les océans du reste du globe. La nécessité de faire passer cette quantité d’eau dans un passage aussi étroit provoque l’apparition de forts courants marins, mais ils ne sont pas assez rapides pour modifier en forte quantité le niveau d’eau présent dans le bassin Méditerranéen. Pour bien comprendre ce phénomène, nous vous dévoilons son fonctionnement dans les détails suivants de l’article. Nous allons vous expliquer comment se forment les marées et par quoi elles sont créées.

Comment fonctionnent les marées ?

Aux deux actions que la Lune a sur la Terre en conjonction avec le Soleil, il faut additionner l’influence des mouvements Terrestres (rotation et translation). Le déplacement par rotation implique une force dite « centrifuge ». Malgré une synergie puissante mise en œuvre pour produire cette manifestation naturelle, il ne fait nul doute que c’est la Lune qui agit principalement et qui apporte une force non négligeable.

force lune soleil marées

Que ce soit en Méditerranée ou ailleurs sur la planète bleue, les marées sont cycliques. Comme la Terre met 24 heures pour faire un tour entier sur elle-même, il arrive au minimum une fois par jour qu’elle soit entièrement axée avec la Lune. Cela devrait donc se traduire par le fait qu’il n’y aurait en théorie qu’une seule marée basse sur une journée. Mais la réalité est toute autre. La présence d’un flux et d’un reflux de l’eau existe deux fois par jour avec des alternances de 12 heures créant un coup une marée basse alternée par une marée haute qui se décale de quelques minutes jour après jour. 

Alors, pourquoi est-ce si différent de ce que nous pouvons imaginer en toute logique ? Comme la Lune et la Terre combinent un processus satellitaire qui gravite autour d’un pôle rotatif, la Lune attire l’eau lorsqu’elle est vers le haut, ce qui fait grimper son niveau. Sur l’autre face de la Terre, le même phénomène se produit mais à l’effet inverse en raison de la force centrifuge impliquée par sa rotation. Cette marée, qui s’exerce donc du côté opposé du globe, est moins intense.

Toutefois, sur les zones qui ne présentent pas d’alignement avec la Lune, c’est l’inverse qui s’applique. Les forces gravitationnelles et centrifuges s’opposent et provoquent l’écoulement de l’eau à l’opposé.

Comment s’articule un cycle de marée ?

Pour comprendre le cycle des marées, il s’agit de corréler l’action des marées avec le Soleil et la Lune.

Cela demande une réflexion autour des mouvements du globe Terrestre. Comme la Lune gravite autour de son propre axe rotatif, elle évolue aussi autour de la Terre qui translate. Pour achever son orbite, il faut compter environ 29 jours. Cela induit que la planète bleue ne peut pas être parfaitement ordonnée avec la Lune toutes les 24 heures. En réalité, ce cycle prend environ 50 minutes supplémentaires que celui que nous connaissons intrinsèquement. Cette période porte le nom de « jour lunaire », et conditionne un cycle de marées.

Ainsi, un cycle complet entre une première et une deuxième marée basse est de 12 heures ; alors que la durée entre une marée basse et une haute s’étend sur environ 6 heures. Bien entendu, ces durées ne sont pas aussi précises car la Terre est composée d’une masse impressionnante d’eau et qu’il demeure des irrégularités sur la surface Terrestre. Ces présences sont non négligeables sur les variations des flux et donc les horaires des marées. 

marée bassin méditerranéen

On peut observer ces disparités en regardant de plus près :

  • Les formations littorales ;
  • Le niveau d’altitude ;
  • La profondeur des surfaces côtières ;
  • Les mouvements des courants océaniques qui peuvent s’engouffrer dans l’ouverture de Gibraltar ;
  • Et le mistral du Sud qui s’exerce de façon discontinue.

Il a également été rapporté que la pression de l’atmosphère peut également influer sur les cycles des marées.

Les différents types de marées présents dans le bassin Méditerranéen

Comme nous l’avons indiqué à l’instant, c’est la gravitation de la Lune qui ajoute une puissance aux mouvements Terrestres en jouant sur le positionnement des eaux du globe et qui forme la présence de différentes formes de marées qui ne sont pas uniquement propres à la mer Méditerranée. 

En premier lieu, abordons les « Perigean Spring Tides ». C’est le type de flux et de reflux le plus prononcé qui se crée au Printemps lorsque la Lune et le Soleil sont sur la même ligne astrale que la Terre. Ces marées que l’on appelle couramment de « vives-eaux » se produisent uniquement trois ou quatre fois par an lorsqu’un périgée coïncide avec une grande marée. Dans ce cas, les deux satellites naturels qui gravitent autour de la Terre étendent les eaux avec une plus vaste amplitude, ce qui amorce des flux et des reflux plus distincts.

Le phénomène inverse est aussi observé sur d’autres périodes de l’année. Par exemple, quand le Soleil et la Lune forment un angle droit de 90° par rapport à la Terre, la puissance d’attraction est réduite de sorte que l’action gravitationnelle est minime. C’est la période où les marées sont basses et sont appelées « marées de mortes-eaux ». Ce type de marée se caractérise par une faible amplitude qui est à distinguer d’une « eau morte » qui est une eau stagnante. 

Ces deux marées d’amplitude inférieure à la moyenne s’opposent aux marées de « vives-eaux ». Elles apparaissent en période de quadrature, lorsque le Soleil et la Lune font un angle de 90° par rapport à la Terre.

hauteur mer mediterranee

Explications des mouvements marins perçus en Méditerranée

Vous l’aurez compris, la force exercée pour obtenir une tel mouvement des masses d’eau résulte l’action gravitationnelle de la Lune et du Soleil à la surface de la Terre et de la translation Terrestre. La Lune est le satellite qui exerce la plus grande force sur ces marées et est unie par l’attraction du Soleil dont la masse est beaucoup plus grande.

Par ailleurs, comme nous l’avons susmentionnée dans l’introduction, le détroit de Gibraltar agit comme un bec verseur qui régule l’alimentation en eau et ne permet pas cycles marins d’être aussi prononcés que sur la côte Atlantique par exemple La nécessité de faire passer cette quantité d’eau dans un passage aussi étroit provoque l’apparition de forts courants océaniques ; mais qui ne sont pas assez précipités pour transformer le niveau d’eau de façon clairement visible lors du cycle.

L’effet inverse est également à noter lorsque l’eau se déverse au moment de la marée basse. Il y a un écoulement d’eau relativement peu conséquent vers l’Océan Atlantique pour remarquer de réelles marées basses dans la bassin Méditerranéen. En effet, comme la mer Méditerranée est en vase clos, les marées n’arrivent pas réellement à se remarquer au niveau côtier montrant simplement une montée et une descente de quelques centimètres. 

flux / reflux mer Méditerrannée

Si lors d’un voyage vous restez faire du farniente sur une plage du Sud ; vous pourrez explorer ce phénomène en regardant le sable mouillé qui se distingue d’une vingtaine de centimètres maximum. Toutefois, il est à souligner l’avantage de ce mouvement peu présent qui est d’offrir une navigation sécurisée pour de nombreux plaisanciers. 

(Visited 72 times, 1 visits today)
Fermer