euromed logo
en fr ar
 
Zone réservée

Conférence régionale d’EH 4: Société civile et patrimoine en Méditerranée

(24-25 février 2010, Palermo, Italy)
Impliquer la société civile : la meilleure façon de sauvegarder le patrimoine méditerranéen et de générer des opportunités contingentes pour un développement économique et humain.

L’objectif de cette conférence, organisée par la RMSU-EH 4 en collaboration avec le CERISDI-Centro Ricerche e Studi Direzionali (Centre de recherches et d’études directionnelles) de Palerme, était de mettre en évidence et de clarifier les relations existantes à différents niveaux entre le secteur public, les politiques et réglementations, l’éducation et la société civile, ainsi que les enjeux complexes que ces relations produisent.

Plus de 100 acteurs associés de la société civile, représentants d’autorités nationales, professionnels du secteur du patrimoine, de la jeunesse, de l’éducation et du tourisme, se sont retrouvés pour explorer les meilleurs moyens de mobiliser la société civile autour des actions sur le patrimoine culturel. En effet, un axe principal du programme Euromed Héritage 4 consiste à accroître le niveau de sensibilisation ainsi que l’appropriation du patrimoine par les populations elles-mêmes, à travers une participation active.

La conférence s’est attaché à examiner les volets spécifiques dans lesquels la société civile joue (ou pourrait jouer) un rôle clé dans la conservation du patrimoine et son état des lieux, en particulier dans les pays partenaires de la Méditerranée. Lors des sessions plénières et des ateliers, les participants ont présenté puis discuté un panel d’exemples représentatifs de bonnes pratiques et de mobilisations civiles en faveur du développement du patrimoine culturel dans la région, ainsi que diverses approches pratiques vers une participation de la société civile.

Le rôle essentiel de la société civile, en association avec les gouvernements et décideurs politiques en tant que « gardiens du bien commun », a été souligné, notamment dans sa contribution à un développement du patrimoine culturel qui soit durable, tant au niveau social, que sur les plans économique et environnemental. De même, les experts ont également étudié les relations entre société civile et programmes culturels, où l’une fait fonctionner les mécanismes générés par les autres.

L’atelier sur le tourisme s’est particulièrement attaché à la question suivante : les programmes de développement intégré axés sur le patrimoine sont-ils juste une utopie - par ailleurs illusoire -, ou le patrimoine peut-il véritablement contribuer à un développement intégré (sans être nécessairement au cœur d’un tel processus) ? Etant-donné les résultats plutôt mitigés du tourisme en la matière, notamment à cause d’une compréhension insuffisante de la problématique et d’une mise en place inadéquate, une redéfinition du concept de « développement intégré », qui tienne compte des communautés locales, des impératifs économiques et du marché ainsi que de la fragilité inhérente au patrimoine, a été proposée.

Enfin, la conférence s’est clôturée par une session participative organisée selon une approche innovante, expressément conçue pour des événements impliquant un large nombre de participants et des groupes très variés. La session a proposé un cadre à des discussions collectives, qui ont conduits les participants à formuler conjointement les remarques de clôture.

Clause de non-responsabilité | Droits d’auteur